Justice / Faits divers

L'affaire Estelle Mouzin relancée après l'interpellation du ravisseur de Berenyss ?

Après l'annonce de l'arrestation d'un homme dans l'enquête sur l'enlèvement de Berenyss, la famille d'Estelle Mouzin réclame des vérifications. La petite fille a disparu il y a 12 ans.

Publié le mercredi 29 avril 2015 à 09h55 par La rédaction

Il est le principal suspect. Confondu par son ADN et par le récit de la petite fille enlevée pendant plusieurs heures la semaine dernière. Un homme  a été interpellé et placé en garde à vue dans l'enquête sur l'enlèvement la semaine dernière de Berenyss, 7 ans.

Les enquêteurs vont désormais procéder à des vérifications en lien avec d'autres affaires d'enlèvements non résolues. Parmi-elles, la disparition d'Estelle Mouzin en 2003 en Seine-et-Marne. Les avocats de la famille Mouzin ont demandé dès mardi que des vérifications soient menées pour déterminer tout lien éventuel entre le suspect interpellé mardi et l'affaire Mouzin.  

"On sait que cet agriculteur circulait à bord d'un utilitaire, qu'il s'intéressait à de très jeunes filles comme Estelle et l'autoroute de l'Est est l'axe direct d'accès sur la région de Guermantes. On ne peut passer à côté. Les prédateurs sont par définition des délinquants très mobiles", ont indiqué au Parisien Me Didier Seban et Corrine Herrmann, les avocats d'Eric Mouzin, le père de l'enfant.

Le suspect est un agriculteur né en 1967. Il vit seul, est séparé de son épouse et est père. Il a été confondu par son ADN qui a été retrouvé sur les vêtements et les sous-vêtements de Berenyss. "Cela a été un élément déterminant dans la résolution de l'affaire", a dit le procureur. L'homme était fiché car est visé par une plainte, toujours en cours d'instruction, pour agression sexuelle sur deux de ses nièces, toutes deux mineures. Il a en outre été condamné à plusieurs reprises pour violation de la législation sur la chasse, dégradations et faits de violence.

L'homme va être déféré devant les juges en vue d'une probable mise en examen qui devrait être prononcée dans la journée ce mercredi. Elle concerne des faits d'enlèvement, de séquestration et d'agression sexuelle. Pour ce dernier point, le procureur a précisé que la fillette n'avait pas subi de "violences" mais que le comportement du suspect "peut s'apparenter à une agression sexuelle" car a pu être "impudique".

 

mode_comment Réagissez

Recevez en avant première les infos, cadeaux et des contenus exlusifs

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.
  • LORFM

    Ecoutez la radio Lorraine en direct

    volume_up
  • LORFM FLASHBACK

    Les plus grands titres des annnées 80's sont sur LORFM Flashback

    volume_up
  • LORFM TV

    Regardez vos émissions préférées en direct

    tv