Sport

Football : l'Italie face au vide sportif et financier

Lors de cette soirée cauchemardesque à San Siro à Milan, l'Italie risquait gros sportivement, mais aussi économiquement.

Publié le mardi 14 novembre 2017 à 17h46 par Antenne

Italie

« Si nous manquions la Coupe du monde, ce serait l'Apocalypse », avait prévenu le président de la Fédération italienne de football, Carlo Tavecchio. Le miracle n'a pas eu lieu et l'Italie ne participera pas à la Coupe du monde en Russie en 2018. Pour la Nazionale, qui a remporté quatre fois le titre, ça sera la troisième fois... après celle en 1930, à laquelle elle n'a pas souhaité participer, et celle de 1958, pour laquelle elle ne s'est pas qualifiée.

Lors de cette soirée d'automne au Stade San Siro à Milan, l'Italie risquait gros sportivement, mais aussi économiquement.

Avant tout pour la Fédération italienne de football (FIF), qui ne recevra pas les 9,5 millions d'euros octroyé par la Fifa aux participants à une compétition qui permet au vainqueur d'obtenir 38,5 millions d'euros. Lourds dommages pour les sponsors, la pub... Mais les dommages financiers les plus importants concernent les sponsors et la publicité.

Sur les 174 millions d'euros du bilan 2016 de la FIF, 43 millions provenaient des droits publicitaires. Auxquels s'ajoutent les 19 millions versés par le sponsor de la Nazionale, Puma, dont un tiers dépend de ses performances aux Euro et Mondiaux. Les autres partenaires commerciaux qui fournissent à hauteur de 24 millions d'euros pourraient résilier leurs contrats ou les revoir à la baisse. L'autre grande perdante sera la RAI, le service audiovisuel public, qui contribue pour environ 26 millions d'euros annuels au budget de la Fédération.

Une non-qualification à la Coupe du monde en Russie signifie une baisse de deux tiers des audiences, donc des recettes publicitaires ainsi que de la contribution de la RAI. La baisse est également drastique pour les paris liés à la compétition. Pour le Mondial brésilien en 2014, la somme s'était élevée à 268 millions d'euros, dont 19 milions concernaient les matchs joués par les Azzurri. Soit, pour les caisses de l'Etat, une cagnote de 10 millions d'euros.

Pertes directes et indirectes

Les pertes dues à l'absence pour la Russie l'an prochain sont évaluées à environ 100 millions. Mais les plus importantes pourraient être les pertes indirectes pour l'économie transalpine qui commence tout juste à enregistrer une croissance plus robuste. Car si brandir la Coupe du monde de football permet à un pays de jouir de retombées économiques évaluées entre 15 et 18 milliards d'euros, ne pas être en lice lui coûte au moins 10 milliards. (Les échos)

mode_comment Réagissez

Recevez en avant première les infos, cadeaux et des contenus exlusifs

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.
  • LORFM

    Ecoutez la radio Lorraine en direct

    volume_up
  • LORFM FLASHBACK

    Les plus grands titres des annnées 80's sont sur LORFM Flashback

    volume_up
  • LORFM TV

    Regardez vos émissions préférées en direct

    tv