Ecomouv' : salariés et syndicats en appelent à l'Etat

Les 193 salariés d’Ecomouv' vont perdre leur emploi et la société va disparaître, conséquence de l’abandon par le gouvernement du dispositif d’écotaxe que l’entreprise était chargée d’appliquer.
Ecrit par marco leMardi 16 décembre 2014 - 08:55

(AFP) Les salariés d’Ecomouv', société qui était chargée de collecter la taxe sur les poids lourds et qui a cessé son activité la semaine dernière, ont demandé «à l’Etat d’intervenir dans le plan de sauvegarde de l’emploi» qui doit s’ouvrir mardi, lors d’une conférence de presse tenue lundi. «Nous demandons solennellement à l’Etat d’intervenir dans le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), même si légalement, il y a un cadre à trouver», a expliqué un représentant CGT, Olivier Kamiri. Il a rappelé que François Hollande avait promis «une transition d’un an avec garantie de salaire» lors d’une rencontre avec une délégation de salariés, fin novembre.

Les quelque 193 salariés d’Ecomouv' vont perdre leurs emplois et la société va disparaître, avait annoncé mardi sa direction, conséquence de l’abandon par le gouvernement du dispositif d’écotaxe que l’entreprise était chargée d’appliquer. La majorité des salariés - 155 sur 200 - est basée à Metz, au centre opérationnel d’Ecomouv'. «La négociation entre l’Etat et Ecomouv' va influencer le PSE», qui doit s’ouvrir le 16 décembre, a estimé un représentant FO, Mario Escumalah, qui attend des «précisions de l’Etat et du gouvernement, qui doivent prendre leurs responsabilités». «On nous a promis un an de salaire, mais on ne sait pas quelle entité juridique pourrait prendre en charge ces fonds», a-t-il souligné.

«Que le gouvernement réponde rapidement aux propositions qui ont été formulées par le président de la République», a abondé Jean-Pierre Masseret, le président PS du Conseil régional de Lorraine où se tenait la conférence de presse, par ailleurs favorable à l’expérimentation d’une écotaxe dans sa région. «Il nous faut une décision législative qui nous permette, nous région, d’expérimenter un dispositif "écotaxe"», a-t-il exhorté, en affirmant que l’Alsace, voire la Champagne-Ardenne, amenées à fusionner avec la Lorraine dans le cadre de la réforme territoriale, pourraient être favorables à ce type d’expérimentation. «Mais si c’est dans un an, ça n’a plus aucun sens, il faut que ça aille vite», a prévenu Jean-Pierre Masseret. «On me dit oui ou on me dit non, mais je dois connaître le chemin que l’on va prendre», a-t-il ajouté.

Ecomouv' est une filiale à 70% de l’italien Atlantia (ex-Autostrade), où sont également présents les français Thales (11%), SNCF (10%), SFR (6%) et Steria (3%).

Dimanche, le président de la SNCF, Guillaume Pepy, avait assuré que l’entreprise ferroviaire «ferait sa part» pour participer au «sauvetage» d’une partie des salariés licenciés d’Ecomouv'.

Transmettez votre candidature à l'annonceur ci-dessus

Message d'état

Sorry…This form is closed to new submissions.

0 Commentaire

Restricted HTML

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHAThis question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
9 + 11 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

IREZ-VOUS VOTER AUX MUNICIPALES

Choix