Reprise d'Ascometal : l'angoisse s'accentue en Moselle

Reprise d'Ascometal : l'angoisse s'accentue en Moselle
L'inquiétude monte en Moselle, à quelques jours du jugement du tribunal de Strasbourg sur les offres de reprise du groupe sidérurgique Ascometal France.
Ecrit par Marco M leLundi 27 May 2024 - 05:58

L'inquiétude monte en Moselle, à quelques jours du jugement du tribunal de Strasbourg sur les offres de reprise du groupe sidérurgique Ascometal France, mis en vente par Swiss Steel, après un communiqué pessimiste samedi de l'italien Acciaierie Venete, candidat à la reprise de trois des cinq usines. Au total, quelque 700 emplois sont concernés.

Venete n'a pas annoncé clairement sa volonté de se désengager de la reprise des sites de production d'Hagondange (Moselle), Custines (Meurthe-et-Moselle) et au Marais (Loire), ainsi que du Centre de recherche sur les aciers spéciaux d'Ascometal (Creas) à Hagondange. Mais il a «dû faire part aux administrateurs judiciaires du groupe Ascometal du fait que les conditions prévues par son offre n'étaient pas satisfaites», indique le groupe italien dans un communiqué.

Venete a notamment indiqué que l'un des points problématiques concernait le financement du désamiantage et du dépoussiérage du site d'Hagondange. «Étant totalement étrangère à cette pollution, Acciaierie Venete a toujours sollicité la prise en charge de l'intégralité des frais de dépollution par l'actionnaire actuel d'Ascometal», poursuit-il.

«Tant que cette condition essentielle ne sera pas satisfaite, les travaux qui étaient en cours jusqu'à présent avec les différents acteurs du dossier (...) sur les autres conditions, dont certaines modalités financières de la reprise, n'ont malheureusement aucune chance d'aboutir», insiste encore Venete.

Alain Hilbold, délégué syndical CFDT sur le site d'Hagondange, a insisté auprès de l'AFP: «Aujourd'hui, Venete ne s'est pas désengagé. Il sera bien au tribunal le 30 mai. Effectivement il y a des conditions suspensives qui restent encore à lever, mais à l'heure où l'on se parle Venete n'a pas retiré son offre». Il n'empêche que cette condition suspensive pose un problème. «Elle avait déjà été évoquée», assure M. Hilbold.

La CFDT rencontrera le député Renaissance de la Moselle, Belkhir Belhaddad, lundi matin, «avec l'objectif d'interpeller le gouvernement (...) sur la situation d'Ascometal, qui effectivement, si on lit un petit peu entre les lignes, peut être problématique», a-t-il poursuivi. L'objectif étant de réaliser une «réunion tripartite entre L'État, Venete et Swiss Steel» pour «aborder ce point crucial».

(AFP / image maps)

Message d'état

Sorry…This form is closed to new submissions.

0 Commentaire

Restricted HTML

  • Balises HTML autorisées : <a href hreflang> <em> <strong> <cite> <blockquote cite> <code> <ul type> <ol start type> <li> <dl> <dt> <dd> <h2 id> <h3 id> <h4 id> <h5 id> <h6 id>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
CAPTCHAThis question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
9 + 8 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.